Crédit photographique : Christian Bujold

Pique-Nique

Mandat
Pique-Nique est un organisme qui regroupe des artistes en art actuel. Depuis 2001, Pique-Nique organise, participe et collabore à des événements, ainsi qu’à des projets de diffusion. En quelques mots, Pique-Nique est in situ.

Les activités de Pique-Nique se définissent par la réaffirmation du caractère social de l’espace commun en favorisant l’intrusion spontanée de l’art en contexte public. Par conséquent, Pique-Nique investit un lieu et le transforme en espace de création, de diffusion et de discussion.

Différentes propositions in situ portent un regard amusé et acide sur le lieu à investir. Pique-Nique ne favorise aucune forme d’expression ou de discours sauf peut-être celui de l’incongru, du défi et du surprenant. Les artistes de Pique-Nique se sont unis à travers la volonté de confronter le fruit de leurs démarches à la réalité des espaces publics, ou communs.

2017 - Sans tire

crédits photographiques : Mathieu Lacroix

Vidéo réalisé par Marc Schultz

Pique-Nique du Stewart Hall  dans le cadre des activités de géopoétique,

événement commémorant le 150ème anniversaire du Canada...

Pointe Claire

 

2012 - Novembre

Emplacement coin Saint-Catherine et Clark

Emplacement coin Saint-Denis et Despins

crédits photographiques : Thierry Marceau

Novembre
En novembre dernier, Pique-Nique a procédé par affichage sauvage, à la diffusion de 7 images articulées autour de la thématique NOVEMBRE et ce, dans 5 quartiers de Montréal.

 

Les Sporadiques urbaines

Dans l’esprit d’insérer l’art dans le quotidien et dans le tissus urbain, Pique-nique élabore une série d’actions, performances et/ou sculptures éphémères  qui s’articule comme des minis événements empreint de spontanéités.

2012 - Ce que vous allez voir

crédits montage :

Rejouer/déjouer le folklore : Suisse – Québec,

 

 

Commissaires : ARIANE DE BLOIS ET STÉPHANIE BOHI

 

Artistes québécois : NATHALIE BUJOLD, COOKE-SASSEVILLE, MAUDE LÉONARD-CONTANT, BGL, ZIPERTATOU, PIQUE-NIQUE.

 

Artistes suisses : OLAF BREUNING, MARIANNE ENGEL, JÉRÉMIE GINDRE, VANESSA PUENTENER, CHANTAL ROMANI, RENATUS ZUERCHER.


 

exposition du 6 septembre au 7 octobre

Maison de la Culture Frontenac

Montréal

2012 - Point de chute

crédits photographiques:Véronique Lépine

Autant en emporte le vent
Un parcours exposition sur deux lieux
Un projet en collaboration avec l’Oeil de Poisson et Culture et Patrimoine Deschambault-Grondines

 

Un texte de Anne-Marie Saint-Jean Aubre

 

La société de consommation, caractérisée par la surenchère d’emballages et l’accumulation de boîtes de carton synonymes du transport des marchandises, du processus de délocalisation mais également de la culture du jetable, est à la source de la réflexion artistique de Mathieu Lacroix. Ironiques et acerbes, ses œuvres prennent la forme de mises en scène insolites ou de dessins techniques aux finalités vaines qui questionnent la logique sous-tendant le contexte d’escalade des désirs perçus comme des besoins. Sur un ton moqueur, Point de chute parodie une situation de parachutage d’aide humanitaire, faisant du champ de Saint-Casimir un environnement difficile d’accès. L’observation des pictogrammes identifiant le contenu des boîtes larguées du haut des airs permet de constater que les besoins essentiels auquel le fret est supposé répondre sont plutôt secondaires, voire dérisoires : du mobilier à assembler, probablement endommagé par la chute, dispersé dans le paysage. Regards cyniques sur le mode de vie occidental et sur les choix de la classe moyenne se conjuguent ici avec une critique de la position de sauveur et du ton impérialiste qui sont caractéristiques des interventions entreprises par les pays de l’Ouest dans les territoires moins choyés, ne prenant pas toujours en compte le contexte et les besoins réels de ces populations. À moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore caricaturale de l’attitude parfois suffisante du milieu culturel, qui ne jure que par ses grands centres et n’accordent que peu d’attention aux activités organisées par les centres régionaux, ces « zones difficiles d’accès » ?

 

Moulin de la Chevrotière
24 juin au 30 septembre
Deschambault-Grondines

et

Dans le clos
9 juin au 1 juillet
Saint-Casimir

 

 

2011 - La table

crédits photographiques : Thierry Marceau

Les Sporadiques urbaines

Dans l’esprit d’insérer l’art dans le quotidien et dans le tissus urbain, Pique-nique élabore une série d’actions, performances et/ou sculptures éphémères  qui s’articule comme des minis événements empreint de spontanéités.

 

collaboration : Alexis Bellavance

 

Performance présentée dans le cadre des tableaux noirs durant l'événement           VIVA! ART ACTION
octobre    

au Bain Mathieu 

Montréal

 

 

2010 - PiquOFF

crédits photographiques: David Ospina


Pour la 4e édition du
OFF.T.A, Pique-Nique représentait le volet Arts visuels du festival. Soirée festive ponctuée de performances et d’actions à travers plusieurs installations exposées dans le hall d’entrée du Théâtre d’Aujourd’hui

 

Introduction symbolique du Théâtre d’Aujourd’hui dans le quartier des spectacles par l’apposition de la signature visuelle du quartier en question suivit de l’inauguration à la fin des travaux.

 

Avec la participation de Christian Bujold

 

OFF.T.A, Théâtre d’Aujourd’hui

28 mai au 6 juin

Montréal
 

2005 - La fronde

 

La fronde

Dispositif de déplacement haute vitesse offrant à son utilisateur un regard particulier sur son environnement.

 

PIQUE-NIQUE VI

3 septembre
Parc Lafontaine,

Montréal

2005 - La bouture

La Sporadique 

Evénement d’art actuel pouvant se manifester de manière récurrentes, à tout endroit et à tout moment. Elle cherche à expérimenter des modes de présentations qui s’inscrivent dans l’environnement quotidien et qui sont en rupture avec la tradition des espaces neutres.

 

10 au 12 juin
 rue Dorion & rue Cartier,

Montréal

 

 

2004 - Etude sur les nouvelles stratégies de reboisement en milieu urbain

crédits photographiques: Gentiane Paquin

PIQUE-NIQUE V

4 septembre
Lac des Castors,

Montréal

2003 - Rien ne se perd !

crédits photographiques: Eloi Desjardins

Rien ne se perd !

Représentation du passage d’une ressource naturelle à un produit commercial par le biais d’une activité qui appartient au folklore québécois ; la récolte de l’eau d’érable durant le temps des sucres.

 

PIQUE-NIQUE IV

6 septembre
Vieux-Port de Montréal,

Montréal