Le travail de Mathieu Lacroix s’oriente autour de la récupération et la manipulation de matières bon marché. La boîte de carton est au centre de sa pratique multidisciplinaire où les installations, dessins, photos et performances se suivent et se juxtaposent. Lacroix s’affirme par la simplicité de ses dispositifs de fabrication et par la mise en espace de son travail. L’esthétique brute de l’objet qu’il met de l’avant est souvent déconcertante, puisqu’elle défie notre conception de l’œuvre d’art. En utilisant d’un regard cynique le carton comme symbole de notre société de consommation, il produit des lieux inusités, chargés de références allant de l’univers domestique au domaine du commercial. Les interventions de Lacroix remettent en question le lien complexe et tordu qui existe entre l’individu et son environnement, ses habitudes de vie et son identité. Par ses productions éphémères, le théâtre du commun est d’une part mis de l’avant et de l’autre perverti par la construction d’une irréalité poétique.